Ailleurs

Urbact

Mag n°9

Novembre 2017

Partages au-delà des frontières

Programme européen d’apprentissage et d’échange promouvant le développement urbain intégré, URBACT permet aux villes de se constituer en réseaux. Illustration avec deux initiatives relatives au renouvellement urbain soutenues par le programme.

 

Brême, Allemagne

Chasseurs de vides

 

« Leerstandsmelder » — littéralement, le « détecteur de poste vacant », entendre ici « de délaissés urbains » — est le fruit d’une initiative privée lancée à Hambourg en 2010. Cette plateforme web, qui s’étend aujourd’hui à plusieurs pays d’Europe, permet à des contributeurs référencés, sur un principe participatif, de localiser sur carte les espaces et bâtiments vacants de leur agglomération. Les profils des utilisateurs sont variés : des associations et habitants engagés qui souhaitent mettre en évidence les lieux inexploités afin de pousser les pouvoirs publics à en faire meilleur usage, jusqu’aux entrepreneurs, commerçants ou porteurs de projet à la recherche d’un lieu pour leurs activités, en passant par les collectivités elles-mêmes.

« Cet outil collaboratif a été conçu pour être très simple d’utilisation », explique Oliver Hasemann, co-fondateur de l’agence ZZZ, basée à Brême — où le Leerstandsmelder est actif depuis 2012 — et spécialisée dans la mise en relation entre pouvoirs publics et utilisateurs potentiels d’espaces vacants, afin de participer à la revitalisation des secteurs dégradés. « Petit à petit, les contributions permettent de constituer une base de données collective, libre d’accès, incluant des photos, des commentaires et des suggestions pour valoriser ces espaces ».

Depuis 2012, près de 900 bâtiments et terrains industriels ont été recensés à Brême, via la carte interactive. Nombre d’entre eux ont été démolis ou réhabilités et remis sur le marché. « L’un des avantages de cet outil, c’est que des villes aux profils très différents ont pu se l’approprier, précise Oliver Hasemann. Chacune d’entre elles, par son exemple, en aide d’autres à se lancer dans l’aventure ».

 

 

©LEER

 

Anvers, Belgique

Rénover Lageweg : l'affaire de tous

 

 

Anvers connaît actuellement une forte croissance démographique. Face à cette dynamique, la municipalité souhaite inciter les nouveaux habitants à s’installer dans les quartiers en périphérie du centre, qu’elle réaménage, pour ce faire, en profondeur. Cette démarche s’appuie sur des territoires pilotes. Parmi eux, Lageweg, un ancien site industriel. Morceau de ville hybride, le quartier mêle usines, bureaux, écoles, hautes tours d’habitation, pavillons et espaces verts dégradés.

La Ville encourage les propriétaires fonciers et les différents usagers locaux — habitants, entrepreneurs… — à collaborer pour bâtir ensemble un nouveau Lageweg, doté d’activités économiques diversifiées, de logements et d’espaces publics renouvelés. Elle met donc à disposition outils et dispositifs participatifs : réunions d’échanges thématiques, ateliers coproduits de design urbain, maquette virtuelle interactive, visites de terrain… « Cette démarche, petit à petit, convainc les propriétaires fonciers des bénéfices d’un travail collaboratif, explique Veva Roesems, chargée de communication à la Ville d’Anvers. Nombre d’entre eux ont signé une déclaration d’engagement pour contribuer aux fonds mobilisés pour le projet de renouveau de Lageweg ».

 

 

Photos : Terrain privé, quartier Lageweg, Anvers

© JASPER LÉONARD

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
1 photo(s)
3 photo(s)
2 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
2 photo(s)
Articles suivants