Outils

Politique de la Ville

Mag n°0

Avril 2017

Le MuMo, l’art contemporain à la portée de tous

 

Depuis 2011, le « MuMo », ou Musée Mobile, sillonne les quartiers et les périphéries urbaines, offrant, aux publics éloignés de la culture, un espace itinérant dédié à l’art contemporain. A partir de mai 2017, Le MuMo 2, conçu par la designer matali crasset, poursuit son action notamment dans les QPV, afin de reconnecter l’art, l’école, les habitants et les territoires, à travers des expositions nomades organisées en collaboration avec les Fonds Régionaux d’Art Contemporain.

 

« Réduire la fracture culturelle en allant à la rencontre des publics éloignés des musées, galeries ou centres d’art, aussi bien géographiquement que socialement, par manque de moyens ou parce que l’on ne maitrise pas les bons codes ou la culture muséale », tel est l’objectif principal du Musée Mobile, comme le précise Ingrid Brochard, Fondatrice du MuMo. Depuis 2011, le dispositif nomade dédié à l’art contemporain s’est déployé à proximité des écoles ou sur les places de village pour donner accès, gratuitement, à des ateliers et à une exposition d’œuvres de 14 artistes d’envergure internationale, comme Daniel Buren, Paul McCarthy, Lawrence Weiner, James Turrell, John Baldessari ou Nari Ward. En six ans, le container itinérant est allé à la rencontre de plus de 80 000 enfants – scolaires et extrascolaires entre 6 et 12 ans – et de leurs familles, à travers 6 pays d’Europe et d’Afrique, et en France dans 55 départements. La moitié de ses étapes s’est déroulée dans des quartiers prioritaires de la Politique de la ville ou des villages de moins de 2 000 habitants.

 

MuMo 2, nouvelle génération

Lauréat en 2015 du label « La France s’engage », le MuMo évolue pour poursuivre sa mission d’éducation artistique et culturelle, soutenu par plusieurs ministères – dont le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports – avec le concours de ses partenaires territoriaux.

Comme l’indique Ingrid Brochard, « pour qu’une structure mobile comme la nôtre ne s’essouffle pas, il est essentiel qu’elle se rattache à des organismes sédentaires comme les DRAC, FRAC, centres d’art, et également à des acteurs locaux provenant d’autres secteurs (Education Nationale, Ville, institutions culturelles, etc.). Afin de nous ancrer dans le territoire lorsque nous "déplions notre musée mobile", nous nous appuyons sur un partenariat local fort à travers un vrai maillage territorial, en travaillant en étroite collaboration avec les conseillers pédagogiques, les associations locales, les collectifs d’artistes, en suscitant la rencontre avec les parents, les habitants, en favorisant des échanges intergénérationnels ou à travers des visites de quartier ».

En 2017, le conteneur tracté par un camion s’est transformé en MuMo 2, un « camion en expansion », comme le qualifie sa conceptrice, la designer matali crasset. Espace ambulant intégré entièrement modulable, le Musée Mobile Nouvelle Génération va déployer, à partir du mois de mai, l’ensemble de son dispositif muséal – espaces d’exposition, ateliers, salle de projection – dans les zones rurales et périurbaines sur l’ensemble du territoire national ; en immersion pendant plusieurs jours dans un village ou une ville pendant plusieurs semaines, il va à la rencontre de ses publics sur leur lieu de vie, afin de favoriser l’appropriation du « Musée » par les habitants et les acteurs locaux dans la perspective de reconnecter l’art et les territoires périphériques. Comme l’indique matali crasset, « à l’image d’un cirque qui arrive sur la place du village et lui donne une double réalité, le camion s’ouvre comme par magie et double de volume. Des ailes se déploient de part et d’autre pour protéger des espaces extérieurs d’atelier et d’exposition où on va pouvoir s’installer avant ou après la visite ».

L’un des objectifs affiché par le MuMo est de « rendre actifs les principes du vivre-ensemble et du faire-ensemble ». Pour ce faire, l’exposition proposée aborde des thèmes en résonance avec l’histoire du territoire dans une visée humaniste ; une médiation basée sur l’écoute, le respect et le partage vient en appui des œuvres, et des actions de décloisonnement sont organisées (portes ouvertes aux familles et habitants, visites guidées par les enfants, vernissage dans les établissements scolaires ou en centre de loisir...).

 

En mai, c’est Exquis !

Grâce à un partenariat public-privé, le MuMo 2 donnera à voir, en recentrant son champ d’action sur l’Hexagone, des expositions conçues par les directeurs des Fonds Régionaux d’Art Contemporain (FRAC) en ciblant prioritairement les zones rurales et les QPV. En exposant une sélection d’œuvres issues des collections des FRAC, il vise à faire circuler la création contemporaine dans les régions visitées en reflétant l’identité du territoire à travers les spécificités des Fonds régionaux et en s’adaptant aux publics. Dans le prolongement des œuvres exposées, l’équipe du MuMo 2, dont deux médiateurs culturels recrutés sur place, tisse des liens entre les œuvres exposée et les ressources naturelles, artistiques et patrimoniales du territoire.

La première exposition itinérante, organisée de mai à octobre 2017 dans le cadre du MuMo 2, sous le commissariat du directeur du Frac Île-de-France et des directrices du Frac Normandie Caen et du Frac Normandie Rouen, fait référence au « cadavre exquis » : en choisissant à tour de rôle des œuvres qui entrent en résonance les unes avec les autres, ils ont conçu une exposition qui prend sens à travers de subtiles associations d’idée et de forme. Le MuMo 2 fera escale ensuite, de novembre à février 2018, dans deux autres grandes régions, Pays de la Loire et Grand Est.

En avant première, le 27 avril, les parisiens ont pu découvrir le nouveau dispositif du MuMo 2 installé Place de la République, et visiter son exposition inaugurale Exquis !

 

Pour en savoir plus sur le MuMo : http://www.musee-mobile.fr/

 

Photo 1 : Le MuMo au Matadero Madrid en décembre 2014, en partenariat avec ATD Quart Monde Espagne.

Crédit photo : ©Román Yñán

 

Visuels 2&3 : Le MuMo 2 imaginé par matali crasset.

Crédit : ©matali crasset

 

Photo 4 : matali crasset et Ingrid Brochard.

Crédit photo : ©Julien Carreyn

 

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
3 photo(s)
2 photo(s)
3 photo(s)
Articles suivants