Ici

Novembre 2017

Toulouse

Bagatelle

Le maillon vert

Longtemps enclavé et malade de son image, le quartier Bagatelle a connu en dix ans une première métamorphose. La composante végétale, pensée comme liant, n’y est pas étrangère.

 

Dans ce secteur sud-ouest de l’agglomération toulousaine, Bagatelle est le premier quartier à avoir bénéficié du soutien de l’ANRU pour se réinventer. « Il était coupé des quartiers environnants et du reste de la ville, explique Séverine Graniou-Proudhom, responsable du Pôle Renouvellement Urbain à la Ville de Toulouse. Il concentrait des problèmes sociaux et n’avait pas bonne presse ».

 

STRUCTURER L’ENSEMBLE
Le projet de renouvellement urbain, initié en 2005, s’appuyait sur trois orientations principales : désenclaver, évidemment, ce morceau de ville en le reliant notamment aux territoires environnants — La Faourette, Papus,Tabar et Bordelongue —, valoriser les espaces verts existants pour constituer une trame verte à l’échelle de Bagatelle comme du Grand Toulouse, et lui redonner une identité propre. « Bagatelle manquait d’éléments structurants, précise Séverine Graniou-Proudhom. Nous avons donc choisi de réhabiliter entièrement les espaces publics contigus en coeur de quartier, dont le Petit Bois. Ils ont été agrémentés de jardins familiaux et d’équipements sportifs, afin de créer à la fois des lieux de vie pour les habitants et un axe vert faisant le lien avec la ville ». Ces transformations ont été accompagnées de la création d’un centre commercial, livré en 2016, et de la restructuration de l’ancienne galerie commerciale située rue du Lot. « Les opérations vont se poursuivre, avec des réhabilitations de logements et des travaux de voirie. Un village artisanal et une nouvelle mosquée sont aussi en projet. La physionomie du quartier a d’ores et déjà changé, mais nous allons devoir poursuivre les efforts avec le NPNRU », conclut Séverine Graniou-Proudhom.

 

 

 

© VILLE DE TOULOUSE

zoom

Le Petit Bois,
GRANDES QUALITÉS

 

Marqueur historique du quartier, le Petit Bois est un héritage des anciennes cultures maraîchères de Bagatelle. « Il fallait conserver ce lieu auquel les habitants étaient attachés. Il a été décidé de le réhabiliter, afin de créer un espace public de proximité et de qualité », précise Anissa Aouni, chargée d'opérations renouvellement urbain à la Ville de Toulouse. L’idée était également de le rattacher aux autres espaces verts du quartier, et plus largement, à la trame verte constituée à l ‘échelle de l’agglomération ».

Le nouveau visage du Petit Bois s’est décidé avec les habitants, consultés dès 2012. Et aujourd’hui, à quoi ressemble-t-il ? Les arbres ont été préservés, complétés par de nouvelles essences et des massifs fleuris. Les cheminements piétons, le mobilier urbain et l’aire de jeux pour enfants, pour laquelle ces derniers avaient pu exprimer leurs souhaits, ont été réhabilités, enrichis d’une nouvelle aire de fitness. Quant à l’ancienne Maison de quartier, elle a été démolie fin 2015 pour laisser place à la nouvelle. « Vite adopté par les habitants, le Petit Bois est devenu un lieu devenu emblématique du nouveau Bagatelle », souligne Anissa Aouni.

 

© VILLE DE TOULOUSE

Participez !
Accédez au formulaire

L'essentiel

2005signature de la convention

13829habitants

180M€montant de l'investissement total

33M€montant de la participation de l'ANRU

968logements démolis

735logements neufs construits

dont 211logements en accession sociale

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
5 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
5 photo(s)
3 photo(s)
4 photo(s)
5 photo(s)
6 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
3 photo(s)
3 photo(s)
4 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
Articles suivants