SPÉCIAL CO-INVESTISSEMENT

FOND(S)AMENTAUX

Mag n°10

Décembre 2017

LE FONDS EN ACTION

Le Fonds de co-investissement de l’ANRU voit son ambition se concrétiser à travers de premières opérations. Tour d’horizon de son actualité et rappel de ses fondamentaux.

 

Les objectifs qui ont présidé à la création du Fonds n’ont pas varié : utiliser le levier de l’investissement immobilier pour faire du développement économique, renforcer l’attractivité des quartiers prioritaires et contribuer à leur diversification fonctionnelle. Pour ce faire, une convention relative au Programme d'Investissements d'Avenir a doté l’ANRU de 200 M€ de fonds propres pour engager des opérations dans les Quartiers Prioritaires de la politique de la Ville. « Dans ce cadre, les prises de participations réalisées par le Fonds de co-investissement, aux côtés d’investisseurs privés, doivent rester minoritaires et concerner des projets immobiliers avec création de valeur, de rentabilité et d’excellence environnementale », explique Fabrice Amic.

 

PREMIÈRES OPÉRATIONS

Le Fonds a conclu ses trois premières acquisitions. À Calais, secteur des Fontinettes, il a investi dans la résidence services seniors Le Fil de Soie, au travers d’une SCI qui regroupe également JMF Conseil et la Caisse des Dépôts. « Cette acquisition s’inscrit pleinement dans notre objectif de contribuer à la diversification fonctionnelle de ces territoires », souligne Anne-Céline Cambier. Plus globalement, le projet fait partie intégrante de la revitalisation du quartier, actuellement en cours, dans le cadre du Projet National de Rénovation des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD). 28 millions d’euros ont ainsi été alloués à un programme comportant plusieurs volets : la réhabilitation des anciennes friches industrielles Bellier et Arnett, la diversification de l’offre résidentielle et plus généralement, le développement de l’offre de services et d’équipements pour renforcer les fonctionnalités du centre-ville. À Marseille, le projet se situe en centre-ville. Le Fonds s’est associé à une opération d’environ 2 800 m² de bureaux en blanc. Selon Alexandre Guignard, « ils permettront l’implantation de nouvelles activités économiques dans le quartier, avec un effet d’entraînement ». Cet investissement a été réalisé par une société de projet composée d’un OPCI grand public géré par Groupama Gan REIM, de la Caisse des Dépôts et de l’ANRU. Enfin, c’est à Lille, quartier sud, que se situe le troisième de ces investissements : la prise de participation dans le projet Lillenium. Ce programme mixte de grande envergure est constitué d’un centre commercial, d’espaces culturels, d’établissements de restauration, d’un hôtel et de bureaux. Une alliance de capitaux publics et privés a permis de faire émerger ce projet. Deux investisseurs privés majoritaires, le promoteur Vicity et la foncière de l'Érable, ainsi que deux investisseurs publics, l’ANRU et la Caisse des Dépôts, se sont portés acquéreurs de la galerie commerciale, de l’immeuble de bureau et de 900 places de stationnement. Pour Corinne Bertone, « ces opérations illustrent la manière dont la recherche d’un impact positif sur les quartiers prioritaires et leurs habitants peut prendre la forme d’opérations très diverses en termes de montant, de typologie d’actifs et de nature des co-investisseurs ».

 

 

L’ÉQUIPE

 

Corinne Bertone, directrice du Fonds, s’est entourée de Fabrice Amic, Anne-Céline Cambier et Alexandre Guignard. Initier les projets, participer au montage de l’opération, réaliser les investissements, gérer les actifs avant de les céder, à terme… telle est la feuille de route de cette équipe aux compétences pluridisciplinaires. L’équipe développe notamment un réseau de partenaires privés. En effet, en plus des collectivités locales et des services de l’Etat, chaque opération implique un grand nombre d’acteurs au premier rang desquels les opérateurs immobiliers concernés : promoteurs, co-investisseurs, banquiers, architectes, conseils…. Enfin et surtout, le fonds de co-investissement peut s’appuyer sur les fonctions support et les directions opérationnelles de l’ANRU qui lui permettent de démultiplier sa présence territoriale et lui offrent une connaissance inestimable des territoires et des situations locales.

 

 

© HUGO PAGNIER / ANRU

 

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
Articles suivants