Ici

Décembre 2018

Saint-Ouen L'Aumône

QUARTIER DU PARC LE NÔTRE

 

 

JOUER L'OUVERTURE

Longtemps refermé sur lui-même, le quartier, aujourd’hui entièrement rénové, s’est ouvert sur l’extérieur, reprenant sa place dans le tissu urbain.

 

C’est à la suite du fameux appel de l’Abbé Pierre, à l’hiver 1954, que les logements du quartier du Parc Le Nôtre ont été construits. Au coeur d’un espace vert arboré de 10 hectares, situé en bordure du centreville d’un côté et du quartier Chennevières de l’autre, 600 logements sont sortis de terre sous l’égide d’Emmaüs Habitat, bailleur unique.

 

CONTINUITÉ URBAINE

« Une partie des bâtiments alors érigés ont généré un effet de coupure entre le parc et le reste de la ville explique Robert Rice, directeur de l’Aménagement urbain et de l’Urbanisme à la Ville de Saint-Ouen l’Aumône. 50 ans plus tard, nous avons choisi d’en démolir certains, puis de réaliser un parvis et un mail piéton en lieu et place, afin de désenclaver le Parc Le Nôtre et de faire naître une continuité urbaine. Cette idée d’ouverture constitue l’une des orientations principales du projet de rénovation ».

Autre intervention majeure, la réhabilitation de l’ensemble du parc locatif, qui n’avait quasiment pas évolué depuis sa création. « Cela a notamment permis de régler des problèmes de gestion qui perduraient, engendrés par une délimitation peu claire à l’origine entre espaces privé et public » explique Robert Rice. Si le quartier est historiquement moins bien doté en équipements que ses voisins, il bénéficie toutefois désormais d’un nouveau centre commercial, implanté à la jonction avec Chennevières. L’opération, pilotée par Epareca , est, selon le directeur de l’Aménagement, « une réussite en termes de fréquentation. Le centre est très vite devenu un lieu de brassage des populations ».

Aujourd’hui, le projet est achevé et la convention de sortie du PNRU signée. Pour Robert Rice, « il faut maintenant pérenniser le travail accompli, continuer d’associer les habitants comme ils l’ont été durant les chantiers et poursuivre dans la durée l’accompagnement social des locataires ».

 

 

© VILLE DE ST-OUEN-L’AUMÔNE

zoom

La ville suspendue

Tout un monde flottant. Derrière une appellation onirique se cache un programme de 90 logements neufs réalisés sous maîtrise d’ouvrage Emmaüs Habitat, dans le cadre de la reconstitution partielle des 262 logements du Parc Le Nôtre démolis. En charge du projet, l’agence d’architecture SEMEIO a su tirer parti des contraintes du site, un terrain décaissé et inondable. « Elle a proposé un ensemble de huit bâtiments érigés sur pilotis, détaille Robert Rice, reliés entre eux par des passerelles qui surplombent un jardin semi-aquatique inaccessible, servant de bassin de rétention temporaire des eaux de pluie ».

En raison de contraintes liées au plan de prévention des risques d'inondation de la vallée de l'Oise (PPRIVO), les immeubles ont été surélevés. L’espace vide résultant a été dévolu à un parking résidentiel inondable, n’entravant pas la circulation de l’eau en cas de crue. Livré en septembre 2011, ce programme, lauréat en 2015 du grand Prix de l’Aménagement, est unanimement apprécié par les locataires et les saint-ouennais. Il constitue un élément emblématique du centre-ville.

 

 

© VILLE DE ST-OUEN-L’AUMÔNE

Participez !
Accédez au formulaire

L'essentiel

2007signature de la convention

2000habitants

79M€d'investissement global

20M€de participation de l'ANRU

262logements démolis

336logements neufs construits

402logements réhabilités

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
5 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
5 photo(s)
3 photo(s)
4 photo(s)
5 photo(s)
6 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
3 photo(s)
3 photo(s)
4 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
Articles suivants