SPÉCIAL CO-INVESTISSEMENT

FOND(S)AMENTAUX

Mag n°10

Décembre 2017

ENTRETIEN CROISÉ : PAROLE D’EXPERTS

ITW

PHILIPPE DEPOUX,
directeur général
de la Compagnie Lebon
&
OLIVIER PIANI,
président d’OP Conseil,
senior adviser et
chairman du comité
d’investissement
d’Ardian Real Estate

 

 

En quoi vos fonctions passées et actuelles nourrissent-elles votre analyse au sein de la gouvernance du Fonds de co-investissement de l’ANRU ?

 

Philippe Depoux : Il est essentiel, d’une part, de garder les « réflexes investisseur » et, d’autre part, d’utiliser sa connaissance du monde de l’immobilier, de ses marchés et de ses acteurs lorsqu’il s’agit d’analyser, au sein du Comité d’Investissement du Fonds, les opportunités d’investissements présentées. Ces dernières ont par nature  un environnement social qui doit être confronté aux réalités économiques. C’est le bon équilibre entre les deux qui est la clé du succès.

 

Olivier Piani : Depuis plus de 30 ans, je contribue à des décisions d'investissements immobiliers en France et dans le monde. La compréhension du risque inhérent à l'investissement est le même, quel que soit l'investisseur. En ce qui concerne le comité de pilotage du Fonds, il réunit des personnes aux parcours et aux visions différents, mais possédant un même haut niveau d’expertise. Cela nous permet des échanges fructueux, notamment entre les visions des acteurs publics et ceux du secteur privé.

 

Depuis la création du Fonds, quels enseignements tirez-vous de son activité ?

 

Philippe Depoux : Comme pour l’ensemble du monde de l’investissement actuel, il convient d’être très prudent et sélectif, même si on évolue dans un univers très concurrentiel. Le temps d’investissement est long et il convient d’être patient et déterminé. Les équipes ont démontré une grande richesse dans le sourcing des projets d’investissement, mais aussi une grande rigueur dans la sélection de ces derniers. Et une réellecapacité à exécuter, en dépit de circonstances parfois « adverses ».

 

Olivier Piani : Il y a un grand intérêt, une grande richesse à créer des formes de discussion et de décision entre les sphères publiques et privées autour de l'investissement. Le Fonds permet la rencontre de la rationalité, de la rigueur de l’apport financier du privé et le développement harmonieux des villes, qui correspond à l’intérêt général Nous conservons la volonté de promouvoir cette vision convergente du projet immobilier. Les premières opérations démontrent qu’il est possible d’être attractif pour les capitaux et les enseignes, tout en conservant un souci d’harmonisation territoriale et une responsabilité vis-à-vis du développement urbain.

 

Comment envisagez-vous le développement de l'activité du Fonds à l’avenir ?

 

Philippe Depoux : Continuer à être sélectif et rigoureux dans les futurs investissements, bien gérer ceux déjà réalisés, et poursuivre les efforts pour rendre plus visible l'action du Fonds de coinvestissement, afin de générer de nouvelles opportunités.

 

Olivier Piani : La diversité des sujets immobiliers et de localisations potentielles des investissements que nous avons analysés au cours des douze derniers mois démontre tout le potentiel de développement de l'activité du Fonds. Quel que soit le type de produit — centre commercial, immeuble de bureaux, espace de co-working… — il s’agit d’implanter sans imposer. C’est une condition nécessaire pour contribuer à créer un contexte de sociabilisation dans des territoires délaissés.

 

 

P.Depoux : © GECINA

O.Piani : © ARDIAN

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
Articles suivants