Nous

Vénissieux

Mag n°9

Novembre 2017

DE LA PELLICULE AUX FAÇADES

 

Deux photographes, Lucie Moraillon et Antoine Boureau, se sont installés en résidence aux Minguettes, dans une tour vouée à la démolition : Monmousseau.

 

Le projet original « l’Atelier-Résidence » est porté par l’association Dialogues en Photographie. Il a réuni, pendant les vacances de la Toussaint 2016, 13 jeunes du quartier, âgés de dix à quatorze ans, au sein d’un atelier de photographie participative. L’intention, simple, était de les initier à la pratique photographique, avant de valoriser leur travail dans l'exposition « Entre les tours » qui s’empare fièrement de l’espace. Une centaine de tirages photos de grande dimension tapisse désormais les murs de Monmousseau, jusqu’à sa déconstruction, prévue fin 2018. L’expérience, soutenue par le bailleur ICF Habitat, s’inscrit dans l’accompagnement du relogement des 197 familles de la tour.

 

CHACUN SON REGARD
Jour après jour, sous l’oeil attentif des deux artistes, chacun a construit sa série personnelle, de la prise de vue au choix des images, en passant par le développement. L’analyse critique des photos prises la veille, la sensibilisation au cadre et à la lumière ont fait émergé treize expressions personnelles, comme autant de regards particuliers sur le quartier. « L’important, insiste Lucie Moraillon, était de créer les conditions pour que cette rencontre permette aux adolescents de s’exprimer à travers l’expérience photographique. Ce fut un véritable échange entre eux et nous. Le lien que nous avons tissé avec les habitants est la preuve d’une reconnaissance mutuelle ». L’exposition hors les murs gagne même une dimension inédite grâce à l’Union Sociale pour l’Habitat. Entre les Tours fait la une du tout nouveau site internet « Les HLM en Expos », premier musée virtuel du logement social, lancé par l’USH en juin dernier. La dynamique créative va se prolonger avec le projet Rendez-vous tour Monmousseau autour de portraits d’habitants, toujours avec les jeunes photographes. Lucie Moraillon tient particulièrement, en effet, à construire une continuité, à poursuivre l’expérience et l’inscrire dans la durée : « Il ne faut pas qu’ils aient le sentiment qu’après avoir fait tout cela, il n’y a aucune suite », soutient-elle.

 

 

http://musee-hlm.fr

 

© LUCIE MORAILLON

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
4 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
4 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
5 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
3 photo(s)
3 photo(s)
1 photo(s)
4 photo(s)
Articles suivants