Ici

Tremblay-en-France

Mag n°12

Décembre 2018

CULTIVER LES « VIDES »

« La nature a horreur du vide ». L’aphorisme d’Aristote a trouvé son terrain d’expression à Tremblay-en-France. La Ville a décidé de transformer le temps long de la rénovation urbaine en opportunité. Entre démolitions et reconstructions apparaissent des « vides » transformés pour certains en espaces publics éphémères. Le Jardin de la Paix est l’un d’entre eux. Concédé par le propriétaire foncier Osica à la Ville jusqu’en 2020, le jardin est composé de 14 grands bacs et d'une quinzaine plus petits. Chacun accueillera des micro-projets mis en oeuvre par les habitants et les structures sociales et éducatives du quartier. Éphémères, vraiment ? « Ces jardins seront éphémères mais durables ! Cultiver dans les bacs, hors sol, permettra aussi que le travail accompli par les habitants ne soit pas perdu quand le nouvel immeuble sera construit. Nous pourrons déplacer les bacs pour les faire vivre ailleurs. » raconte Jean Lavoipierre, responsable du service insertion au Centre Communal d’Action Sociale.

 

© G. CLÉMENT/VILLE DE TREMBLAY

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
5 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
5 photo(s)
3 photo(s)
4 photo(s)
5 photo(s)
6 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
3 photo(s)
3 photo(s)
4 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
Articles suivants