SPÉCIAL CO-INVESTISSEMENT

Mag n°6

Novembre 2016

CO-INVESTIR, UNE QUESTION D’AVENIR

Enjeu majeur pour l’avenir des quartiers, le développement économique est aujourd’hui l’une des priorités de l’ANRU. En opérant un Fonds de co-investissement, en partenariat avec la Caisse des Dépôts, l’Agence se dote d’un outil puissant et sans précédent pour dynamiser les projets de renouvellement urbain du NPNRU. Ce programme renforce la multitude d’initiatives et de dispositifs initiés partout en France.

 

« Accompagner les investisseurs privés dans les quartiers »

François Pupponi, président de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine

 

Voilà douze ans que l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine a été créée. Douze ans que ses programmes nationaux de Renouvellement Urbain ont pris toute leur place dans le paysage de la politique de la Ville.
Douze ans que le bilan de son action en faveur des quartiers s’étoffe de résultats qui feraient pâlir d’envie nombre de politiques publiques. Un bilan qui s’illustre en quelques chiffres : quatre millions d’habitants ont vu leur environnement se transformer grâce à une amélioration sans précédent de leur cadre de vie. Les 600 000 logements créés ou réhabilités et les centaines d’équipements publics ambitieux installés au coeur des quartiers ont été une bouffée d’oxygène sans précédent pour ces territoires délaissés depuis des décennies. Si la situation reste difficile dans de nombreux endroits, le regard porté sur ces quartiers commence à changer positivement. L’intérêt croissant des acteurs économiques doit être encouragé, afin que rénovation urbaine rime avec retour d’emplois pérennes.
C’est le sens de l’action que conduit l’ANRU avec son Fonds de co-investissement. Doté de 250 millions d’euros de fonds propres gérés en partenariat avec la Caisse des dépôts, l’ANRU est aujourd’hui prête à investir aux côtés d’acteurs privés dans des projets qui vont permettre de développer l’emploi, favoriser la mixité des activités ou améliorer l’attractivité des 1 500 territoires dits « Quartiers prioritaires de la politique de la Ville ».
Les attentes de nos partenaires sont au rendez-vous et les premiers projets sont en cours de finalisation. Pour porter ce Fonds de co-investissement, qui mieux que l’ANRU, qui oeuvre depuis plus d'une décennie à changer la vie dans les quartiers pour accompagner, guider, rassurer des entreprises prêtes à réinvestir dans ces territoires ? C’est aussi le rôle d’une politique publique ambitieuse que de faire le pari de l’innovation, en agissant de concert avec des acteurs peu habitués à trouver un opérateur public comme co-investisseur. Les premiers acteurs engagés ont bien compris l’intérêt qu’ils avaient à investir dans ces quartiers en pleine transformation où la jeunesse, la créativité, l’énergie débordent. Je ne doute pas que cette édition 2016 du SIMI sera l’occasion pour d’autres d’en être convaincus et de rejoindre le mouvement !

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
Articles suivants