Nous

Montpellier

Mag n°2

Septembre 2015

Solidaires

©Solidarité Dom-Tom

 

Par Maurice Moreno, président d’Honneur, Jacqueline Couillez, présidente, et Jean-Marie Bargot, directeur de l’association Solidarité Dom Tom Hérault.

 

Au cours de l'année 1983, la crise économique est à un niveau critique en France ; la migration des domiens vers la Métropole, organisée par le gouvernement durant les 30 Glorieuses est brutalement arrêtée. Mais nombreux sont les Antillais, Guyanais et Réunionnais à affluer vers l'illusoire Eldorado hexagonal: ils sont près d'un millier à Montpellier et ses environs, livrés à eux-mêmes ou des amis dans leurs recherches et démarches. À Grabels, localité voisine de Montpellier, s'était retiré pour sa retraite, M. Omer Drigny, ancien secrétaire de la mairie de Dijon, puis cadre dans l'administration en Algérie ; il avait eu à aider des voisins originaires des Antilles et naquit chez lui l'idée de créer une vraie structure d'accueil pour ces français débarquant en terre métropolitaine. Il existait à Marseille, une institution gérée par le conseil général de la Réunion pour aider ses ressortissants. Pourquoi ne pas créer une antenne-relais à Montpellier pour les antillo-guyanais ?

 

Notre retraité entreprit de convaincre le conseil général de l'Hérault et la mairie de Montpellier de la pertinence de son projet. Il obtint ainsi une « salle–bureau », une salariée pour gérer des mesures RMI. Mais bien vite, s'ajoutèrent aux problèmes d'insertion professionnelle et de démarches administratives, ceux de logement, de santé, de scolarité, de transport et souvent même de mobilier ou de nourriture. Chaque jour ce sont des dizaines de personnes qui venaient dans ce petit bureau pour avoir un accompagnement, il a fallu créer une association de loi 1901, obtenir un espace plus important et embaucher deux salariés à temps partiel. Des bénévoles, nombreux à l’époque, aménagèrent des bureaux et notre Association Solidarité DOM-TOM put prendre son envol.

 

 

“Au-delà d’une simple épicerie, c’est aussi un lieu d’échange, d’écoute et de rencontre.“

 

Un local a été mis à la disposition de l’association à La Mosson, les actions d’accompagnement pour aider au mieux les familles du quartier, furent évidentes. Aujourd’hui, les divers services que nous proposons, tel que le logement, l’accompagnement à la réussite éducative, l’atelier couture, l’épicerie sociale et solidaire, des ateliers spécifiques comme l’atelier anti gaspillage alimentaire, les ateliers santé animés par des professionnel, les groupes de parole avec débat, l’accès aux droits, et à la culture avec des sorties à l’extérieur du quartier « le jardin de l’espoir » où nous cultivons et partageons la récolte. Ce jardin est un levier qui met en avant l’image du quartier tout en consolidant le lien parents-enfants et voisins. Tous ces ateliers et toutes ces actions ont pour but d’intégrer et de valoriser les habitants du quartier. Parallèlement à l’accompagnement individuel dont chaque bénéficiaire fait l’objet, nous avons mis en place divers ateliers qui sont en général complets et demandés par le participant. L’attente était réelle, puisqu’au premier semestre 2015, en dehors des services demandés par les usagés, notre épicerie sociale a accueilli 742 bénéficiaires, y compris des étudiants qui ne sont pas épargnés par la crise. Les travailleurs sociaux orientent des familles en grande difficulté vers nous pour l’attribution de colis dépannage.

 

Au-delà d’une simple épicerie, c’est aussi un lieu d’échange, d’écoute et de rencontre. Notre objectif est que le bénéficiaire le soit temporairement. C’est la raison pour laquelle nous priorisons leur indépendance par des ateliers participatifs. Tous ces ateliers et toutes ces actions ont pour but d’intégrer et de valoriser les habitants du quartier. Notre équipe est composée d’un conseil d’administration de bénéficiaires bénévoles ainsi que de 8 salariés. Nous véhiculons une philosophie simple « Je reçois donc je donne ». Au final dans « solidarité DOM-TOM » ne trouve-t-on pas le mot solidarité ?Grace aux partenaires publics et privés qui nous font confiance et qui nous soutiennent, nous pouvons mettre en œuvre nos actions et les améliorer au fil des années. Après 21 années d’existence, nous pouvons dire que notre association évolue en respectant ses statuts, avec les membres du Conseil d’Administration, les salariés et les bénévoles. Nous avons du trouver un mode de fonctionnement au vue de la demande et des finances pour satisfaire notre public. La Mosson, le quartier dans lequel nous sommes installés est souvent malheureusement mis en avant par son taux de chômage important, ou la situation précaire de ses habitants. Cependant ces dernières années nous avons constaté l’évolution que nous pouvons qualifier de grand pas dans certains domaines tel que le tissu associatif très dense, l’implication des habitants dans les manifestations, son dynamisme, en participant à différents projets de valorisation. Notre épicerie sociale ou notre projet de jardin partagé en sont de bons exemples. Nous menons à bien toutes ces actions grâce à des bénévoles fidèles et des bénéficiaires qui donnent de leur temps depuis plusieurs années.

 

Nous sommes dans un quartier multiculturel, donc très riche, la mixité sociale et l’esprit solidaire animent l’ensemble de ses acteurs. Ainsi, notre association solidarité DOM-TOM reste un lieu vivifiant pour la citoyenneté, avec l’esprit du vivre ensemble qui tient à cœur l’ensemble des Pailladins.

 

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
4 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
4 photo(s)
1 photo(s)
5 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
3 photo(s)
3 photo(s)
1 photo(s)
4 photo(s)
Articles suivants