DOSSIER INNOVATION

Mag n°14

Septembre 2019

« Stimuler l'innovation dans les quartiers »

ITW

OLIVIER KLEIN, PRÉSIDENT DE L’ANRU

 

Qu’est-ce qui fondamentalement a conduit l’ANRU à s’intéresser depuis quelques années à l’innovation et aux innovateurs ?

Le renouvellement urbain n’est pas l’occasion d’un simple rattrapage de ce qu’offrent les quartiers les plus attractifs des métropoles, il doit être saisi comme la véritable opportunité de prendre un temps d’avance. C’est pourquoi l’ANRU s’est donnée l’ambition de stimuler l’innovation dans les 450 quartiers dont elle finance la transformation. L’innovation n’est pas une fin en soi. C’est une manière de faire différemment pour faire mieux, et pour cela d’interroger les pratiques en place afin de les faire évoluer. Innover, c’est mener une réflexion particulière sur ce qui ne fonctionne pas ou pas assez bien et de chercher collectivement, en mobilisant des compétences nouvelles, des pistes d’amélioration.

L’innovation et les innovateurs ont donc toute leur place dans les projets de renouvellement urbain, et des contributions précieuses à apporter aux quartiers. En testant de nouveaux modes de faire, des réponses concrètes aux problématiques réelles que rencontrent ces territoires sont susceptibles d’émerger. Souvent même là où, jusqu’ici, on butait sur des impossibilités de tout ordre.

 

Quels sont les domaines d’action concernés ?

Tous les domaines peuvent devenir des champs d’innovation ! On pense spontanément à la transition écologique et notamment à la question énergétique, au déploiement de services numériques… Mais on peut aussi innover dans les processus d’attribution de logements, dans le financement de la réhabilitation des copropriétés dégradées ou, dans un tout autre registre, dans la prise en compte du genre et du vieillissement dans la ville ! L’innovation n’est pas un univers thématique, c’est un processus applicable à une infinité de réalités des quartiers en renouvellement.

 

En quoi les quartiers constituent-ils un terrain d’expérimentation favorable ?

Les programmes nationaux de rénovation urbaine constituent une formidable opportunité de test in situ, notamment pour concrétiser des innovations expérimentées précédemment en laboratoire ou à petite échelle. D’autant que la masse d’opérations menées et d’investissements générés multiplie les contextes d’application et justifie le développement de solutions reproductibles.

 

Réciproquement, qu’est-ce que les quartiers peuvent apporter aux innovateurs ?

Au-delà des réponses que les innovateurs peuvent apporter à des besoins déjà identifiés, leur venue dans les quartiers permettra de faire évoluer l’offre d’innovation française. La confrontation à un contexte donné permet de changer le regard sur celui-ci, de mieux comprendre les besoins, d’affiner le diagnostic, et donc de formuler des réponses sur-mesure plus adaptées. La prise en compte de la réalité des usages est fondamentale. Une innovation se soldera par un échec si elle n’est pas appropriée. La connaissance d’un territoire, de son fonctionnement, des usages qu’il porte demeure donc un prérequis. C’est cette expertise d’usage que peuvent apporter les quartiers aux structures en quête d’innovation.

 

À qui et à quoi se destinent le club ANRU+  et le réseau « ANRU+ les Innovateurs » ?

Le Club ANRU+ permet d’organiser la rencontre et le partage des meilleures pratiques entre les territoires qui portent les projets et leurs partenaires avec lesquels ils élaborent les solutions de demain. « ANRU+ les Innovateurs » interpelle et mobilise, lui, spécifiquement les innovateurs, quel que soit leur statut entrepreneurial ou social. Les quartiers ne leur sont pas nécessairement familiers et réciproquement les territoires concernés n’identifient pas aisément cette catégorie d’intervenants pourtant indispensable à la concrétisation de leurs intentions. S’il y a, en ce domaine, une certitude, c’est bien que la transformation des quartiers par l’innovation est fondamentalement œuvre collective.

 

________________________________________________________________________

 

Un lancement en deux temps

 

Le 21 mai, à Station F, campus parisien de l’innovation, l’ANRU avait donné rendez-vous aux entrepreneurs de l’innovation urbaine et sociale pour l’inauguration de la communauté « ANRU+ Les Innovateurs ». Devant les 60 jeunes pousses présentes, Olivier Klein, Président de l’ANRU, et Nicolas Grivel, Directeur général de l’ANRU, ont explicité le positionnement revendiqué par l’ANRU comme intermédiaire et facilitateur de partenariats mobilisant des start-up et acteurs de l’économie sociale et solidaire dans le cadre des projets de renouvellement urbain. En clôture de cette première rencontre, qui a également permis de donner à voir des rencontres d’ores et déjà réussies entre territoires en renouvellement urbain et innovateurs, les participants étaient invités à signer la Charte des innovateurs qui les engage collectivement. Un cercle d’initiés rapidement appelé à s’agrandir ! Dès le 6 juin, un second évènement, les Rencontres de l’innovation dans le renouvellement urbain, ouvrait les portes du Club ANRU+ à 40 de ces structures pour de premiers échanges avec les acteurs du NPNRU. En présence du Ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, la journée, qui a réuni plus de 350 personnes, a vu se succéder à la Bellevilloise, à Paris, des ateliers thématiques, des pitchs d’acteurs de terrain et des speed-meetings entre innovateurs et territoires.

 

CANDIDATER ET S’ENGAGER

L’ANRU a entrepris il y a plusieurs mois un travail de sourcing des structures de l’innovation urbaine et sociale, pour identifier celles qui proposent des solutions inédites, adaptées aux spécificités des quartiers et de leurs habitants. Ce recensement a permis d’initier la communauté des innovateurs, avec de premiers, et déjà nombreux, participants. Pour élargir encore cette communauté dynamique, l'Agence lance un appel à candidatures permanent qui permet à toute structure d’innovation de se manifester. Les critères de sélection sont simples : un caractère d’innovation attesté dans les solutions déployées, l’adéquation de l’offre avec les besoins des quartiers et de leurs habitants, et la volonté de développer l’activité dans ces territoires spécifiques. La notion d’engagement, traduite par une charte, est ici fondamentale. Elle traduit la mobilisation active d’acteurs volontaires qui souhaitent mettre leurs solutions au service des habitants et prendre leur part à cette belle mission collective qu’est le renouvellement urbain.

 

Les structures peuvent candidater sur http://lesinnovateurs.anru.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© ANRU

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire