Ailleurs

Janvier 2016

PAYS-BAS

« PLUS VOUS DONNEZ, PLUS LE PONT EST LONG »

3 Photos

 

Le quartier de Hofplein, isolé du centre-ville depuis les années 1950 par des infrastructures routières et ferroviaires, s’est finalement reconnecté à la ville. Longtemps désiré, le Luchtsingel, « pont aérien » en néerlandais, a ainsi pu voir le jour grâce au crowdfunding et enjamber routes et rails. Après des réunions avec les habitants du quartier, une agence d’architecture, ZUS, a lancé un appel à contributions en 2012 sur un site internet. Pour 25 euros, chacun pouvait financer une planche de bois, gravée à son nom. D’autres niveaux de contribution, jusqu’à 1 250 euros, payaient des sections entières du pont. Soutenue par près de 8.000 contributeurs, mais aussi par des collectivités locales et des entreprises, la passerelle, désormais longue de près de 400 mètres, est devenue motrice de nouvelles initiatives collectives telles que des jardins partagés en terrasse ou encore un parc.

 



 

http://www.luchtsingel.org/

zoom

 

JE, TU, ILS FINANCENT
LA VILLE DE DEMAIN

 

Généralement apparenté aux projets culturels ou à la création de micro-entreprises, le crowdfunding s’immisce petit à petit dans le domaine de l’urbanisme. De multiples sites, dans le monde entier, proposent aux internautes de contribuer au développement de projets dans l’espace public.

 

Spacehive, site anglais de crowdfunding spécialisé dans la branche urbaine, offre des centaines d’appels à contributions à des projets touchant pour la plupart à la rénovation d’équipements publics. Concrètement, chacun peut financer le projet qu’il aimerait voir prendre forme, qu’il s’agisse du renouvellement de l’aire de jeux du quartier ou de l’aménagement d’un square. Une fois l’objectif financier aeint, les contributeurs sont débités et le projet peut s’engager. Ces multiples plateformes spécialisées soulèvent de nombreuses questions autour de l’intérêt collectif. Le financement peut induire la notion de produit alors que l’urbanisme relève fondamentalement de l’intérêt public. Dans cee logique, comment garantir que les projets serviront le bien commun ? Et si le financement suffit à développer des projets, quelle est la place accordée à la démocratie locale ? Comment gérer les écarts de moyens entre les territoires les plus riches et ceux plus modestes ? Encore à ses balbutiements, le crowdfunding suscite pourtant un fort engouement, tant des particuliers que de certains territoires qui y voient l’opportunité de pallier le manque de moyens financiers. Malgré les interrogations, notamment concernant la place des pouvoirs publics dans cee organisation, de multiples facees du nouveau mode de produire la ville suscitent l’intérêt, telles que la transparence ou encore la capacité à tisser du lien social par la fédération de contributeurs autour de projets tournés vers la collectivité.

 

QU’EST-CE QUE LE CROWDFUNDING ?


Le crowdfunding , littéralement « financement par la foule », est une technique de financement participatif. Généralement, les plateformes qui lui sont dédiées proposent aux internautes de contribuer modestement à des projets ou à des créations d’entreprises. C’est l’association d’un grand nombre de personnes qui offre aux porteurs de projet les fonds nécessaires à la concrétisation de leurs idées. Les initiatives bénéfiaires du financement participatif touchent des domaines très variés : culture, gastronomie, loisirs, santé, éducation, etc.

 

 

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
2 photo(s)
Articles suivants