Ici

Métropole de Lyon

Mag n°0

Février 2017

Le PNRU – ANRU 1 – engagé depuis 2005 sur 12 sites conventionnés répartis sur l’agglomération lyonnaise est en voie d’achèvement. Le nouveau programme de renouvellement urbain déployé dans le cadre du NPNRU – ANRU 2 – concerne 14 sites de la Métropole de Lyon. Certains sont nouveaux, d’autres vont poursuivre le processus engagé pour conforter les actions déjà réalisées et continuer à transformer les quartiers prioritaires. La politique de renouvellement urbain portée par la Métropole s’inscrit dans le contrat de ville 2015-2020.

Le PNRU (2005-2015) mis en œuvre sur l’agglomération lyonnaise a porté sur 14 sites faisant l’objet de 12 conventions. Projets ambitieux de requalification urbaine et économique associés, dans une démarche totalement intégrée, à des actions de développement social, éducatif et culturel, leur pilotage a été confié à une équipe projet dédiée située dans chacun des quartiers concernés. Avec un investissement global de 1,4 milliard d’euros, le programme a permis d’amorcer une transformation en profondeur des quartiers prioritaires dont les résultats encore fragiles restent à consolider.

 

Un premier Programme qui porte ses fruits

Inédit au niveau national, une convention Habitat d’agglomération, signée en 2005, a permis de bénéficier d’un financement global pour le programme de reconstitution de l’offre de logement social démoli. Elle définit les objectifs de production et fixe les règles de reconstitution à l’échelle de l’agglomération. Une charte de relogement, élaborée en avril 2006, fixe un cadre de référence à l’ensemble des acteurs du relogement impliqués dans toutes les opérations de renouvellement urbain de l’agglomération lyonnaise. Véritable outil partenarial, elle garantit à tous les locataires les mêmes conditions de relogement, en les plaçant au cœur du processus et prévoit le recours à la solidarité inter-bailleurs.

Une intervention particulièrement significative sur le parc social a ainsi pu être menée, avec 6 295 logements démolis et 5 766 logements reconstruits ou en cours de reconstitution, 8 148 logements réhabilités et 12 690 résidentialisés.

La diversification de l’habitat est engagée : quantitativement, avec plus de 4 000 logements en accession, 958 logements locatifs privés (contreparties AFL), la création de logements étudiants ; qualitativement, à travers un territoire urbain densifié, reconstitué avec de petits immeubles collectifs et des maisons de ville.

Un programme d’aménagement (442 M€ TTC) au bénéfice des habitants et de l’attractivité des quartiers a déjà transformé le paysage urbain : requalification des espaces publics et lieux de proximité, renforçant la centralité des quartiers ; reconfiguration des voiries et dessertes au bénéfice d’un maillage viaire plus conforme aux nouvelles mobilités (modes doux et sécurisation des flux véhicules), associée à des actions sur les transports en commun (lignes structurantes de tramway et de trolleybus en site propre) améliorant la desserte des quartiers tout en favorisant leur désenclavement.

L’implantation d’équipements de proximité (182 M€ TTC) et le développement de l’activité commerciale et artisanale (17 M€ TTC) complètent les opérations mises en œuvre pour améliorer sensiblement les conditions de vie des habitants. La création d’équipements structurants dont le rayonnement s’étend à l’échelle de l’agglomération – la halle d’athlétisme Stéphane Diagana à Lyon 9ème - la Duchère, le Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape, le Planétarium à Vaulx-en-Velin – participe de l’intégration des quartiers en renouvellement au sein du territoire métropolitain.

Une démarche de gestion sociale et urbaine de proximité (GSUP), active depuis les années 1990, complète le bilan avec le développement d’actions d’amélioration du cadre de vie et du lien social, de renforcement de la tranquillité et de la sécurité, la participation des habitants et la mise en œuvre d’une veille technique régulière.

 

Le nouveau Programme, un levier pour amplifier la transformation

Malgré l’amélioration indéniable, le seuil de transformation décisif n’a pas encore été atteint pour certains quartiers, et la diversification urbaine reste à conforter. Comme le précise Edwige Pasqual, Coordinatrice renouvellement urbain à la Métropole de Lyon, « le NPNRU, qui s’échelonne jusqu’en 2024, s’inscrit dans la poursuite de transformation du processus déjà engagé sur certains sites comme  la Duchère à Lyon 9ème ou les Minguettes à Vénissieux par exemple et permet d’initier la démarche de renouvellement urbain sur les sites qui entrent dans le dispositif – Langlet-Santy ou Mermoz Sud à Lyon 8ème, Carnot Parmentier à Saint Fons par exemple ». Le Programme a vocation à « s’appuyer sur les actions déjà réalisées pour continuer la démarche de mutation des quartiers dans un objectif de ville durable, gage de qualité et de pérennité des investissements », comme le précise le projet de protocole de préfiguration dont la signature est prévue pour le 17 mars 2017 à la Métropole de Lyon.

 

Quatorze sites, dont huit sites d’intérêt national et six sites d’intérêt régional sont concernés par le NPNRU (cf. carte)

Les enjeux d’intervention sur ces quartiers se situent à deux niveaux : à l’échelle de l’agglomération pour renforcer le potentiel de chacun des quartiers prioritaires et poursuivre leur intégration dans la dynamique de développement déployée sur l’ensemble du territoire métropolitain ; et localement à l’échelle des sites, pour initier ou poursuivre le processus de régénération à travers des opérations d’aménagement (mixité résidentielle et fonctionnelle, requalification des espaces publics, maillage viaire,...) et des actions répondant concrètement aux besoins quotidiens des habitants (transports et mobilité, parcours résidentiel, services de proximité, activité économique,...).

 

Les orientations du renouvellement

« Nous sommes véritablement dans une démarche partenariale, comme l’indique Edwige Pasqual. Nous travaillons avec toutes les parties prenantes du renouvellement pour interagir ensemble et de façon cohérente au niveau de chaque site. » De plus, comme le précise également le projet de protocole, la transversalité des actions est une priorité dans la mise en œuvre de projets intégrés : « l’amélioration du cadre de vie des habitants passe par la mise en place d’actions combinées relevant des volets habitat, déplacements-mobilité, gestion sociale et urbaine de proximité, développement économique et commercial, espaces publics et voiries, équipements publics et services de proximité. Les projets de renouvellement urbain s’inscriront dans la continuité des projets engagés qui sont des projets intégrés, bâtis à partir de l’ensemble des priorités du Contrat de ville ».

 

Les orientations principales du NPNRU portent sur plusieurs axes stratégiques. Sur le volet logement, il vise à améliorer la qualité du parc d’habitat existant, favoriser l’accessibilité au logement (fluidité du parcours résidentiel), diversifier et rééquilibrer l’offre à l’échelle de l’agglomération.

Le désenclavement constitue une axe primordial : rattacher les quartiers aux territoires voisins via des « greffes / agrafes urbaines », afin de reconstituer une continuité géographique territoriale et favoriser l’appartenance à un territoire élargi en estompant les coupures des grandes infrastructures autoroutières.

La poursuite du renouvellement urbain doit également permettre d’améliorer le cadre de vie des habitants et de favoriser la revitalisation du territoire à travers une activité économique et commerciale soutenue s’appuyant sur le potentiel existant et une mixité fonctionnelle accrue.

Enfin, le NPNRU doit promouvoir une ville durable pour une transition écologique des quartiers. Il a vocation à changer leur image à travers une démarche de marketing territorial « connaître et faire connaître ». Il doit être un levier essentiel de la co-construction des projets avec les habitants, en misant sur une expérience de la participation citoyenne construite à l’échelle de l’agglomération et déclinée sur les quartiers au travers de multiples outils (chartes, réseaux d’échanges, Maisons du projet, pratique ancienne de la concertation comme à Vaulx-en-Velin, Vénissieux ou Lyon 9ème la Duchère).

 

Le projet de protocole de préfiguration des projets de renouvellement urbain de la Métropole de Lyon s’inscrit dans la lignée du nouveau Contrat de ville signé le 2 juillet 2015. Il constitue la première étape de cette seconde phase de contractualisation avec l’ANRU. Il a été présenté en comité d’engagement le 7 janvier 2016 qui a donné un avis favorable. Sa signature prochaine permettra de finaliser la phase d’ingénierie de projets et de conclure le programme des études, dans la perspective d’élaborer les conventions pluriannuelles du renouvellement urbain de sites et de décliner les opérations en vue de la mise en œuvre des 14 projets.

 

 

 

Photo 1 : Reconfiguration de la centralité à Vénissieux.

Crédit photo : Jean-Philippe Martin-Narbonnet

 

Photo 2 : Requalification du cœur de quartier à la Duchère : le square Averroès.

Crédit photo : GPV la Duchère

 

Photo 3 : Carte des sites du NPNRU sur la Métropole de Lyon.

 

Photo 4 : Vue aérienne du quartier Saint-Jean à Villeurbanne, entrant dans le NPNRU.

 

Crédit photo : ©Tous droits réservés

Publiez un nouveau commentaire


Aucun commentaire

Dans la même rubrique

1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
5 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
5 photo(s)
3 photo(s)
4 photo(s)
5 photo(s)
6 photo(s)
1 photo(s)
2 photo(s)
3 photo(s)
3 photo(s)
4 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
1 photo(s)
Articles suivants